L’ADIMCT: une faîtière pour réguler le monde de la microfinance au Togo.

0
867

Par Impartial Actu le 30 octobre 2019.

(IMPARTIAL ACTU)-Le secteur de la microfinance au Togo connaît depuis un certain temps des saubresseaux dûs à la mauvaise fois de certains responsables ou pour cause de l’existence de certaines microfinances qui ne répondent pas aux normes juridiques. Pour assainir le secteur et le rendre plus accessible aux populations togolaises, l’Association pour la Défense des Intérêts des Membres des Coopératives d’Epargne et de Crédit du Togo (ADIMCT), était en conférence de presse ce mardi 29 octobre 2019 à Lomé.

Objectif lancer officiellement ses activités et dévoiler les différents chantiers qui l’attendent dans la sphère des microfinances au Togo.

Occasion pour les responsables de l’ADIMCT, de dérouler le motif de leur existence à la presse, celui de permettre aux membres de toutes les coopératives d’épargne et de crédit et de microfinances du Togo de s’organiser pour défendre leurs droits conformément aux textes qui régissent la création des microfinances au Togo.

Pour le Président de l’ADIMCT, André Afanvi Mensan, la création de son association est sujet d’un diagnostic qui a sa raison d’être.

“Notre organisation fait suite au constat selon lequel le Système financier décentralisé (SFD) est devenu pour nombre d’institutions opérant dans le domaine et même pour les individus, un moyen de se faire de l’argent sans scrupule, de violer les droits des populations emprunteuses et pire de les spolier de leurs maigres revenus”, a-t-il mentionné.

« Certaines institutions de microfinance sont juste créées par des citoyens véreux qui ne visent qu’à collecter les fonds auprès de nos pauvres compatriotes pour disparaitre et ou pour mettre la clé sous la porte. Nous nous donnons pour mission de défendre les droits des membres des coopératives d’épargne et de crédit sur toute l’étendue du territoire national », a-t-il poursuivi.

L’ADIMCT se veut également une plateforme qui vise à accompagner les coopérateurs dans toutes démarches liées à la maîtrise de leurs droits fondamentaux de membres des institutions de microfinance, et à les défendre.
Ainsi, l’association envisage servir de suite aux pouvoirs publics ainsi qu’aux organes d’encadrement du système coopératif du Togo à réduire un temps soit peu, des dysfonctionnements liés à la prolifération et à l’anarchie qui s’installent dans le secteur des microfinances.

Pour dire simple, l’association se veut une plateforme capable de trouver des solutions pour aider les moins nantis via l’institutionnalisation d’une politique de mise à leur disposition des crédits qui aura pour fondement la réduction des taux d’intérêts des prêts devenus exorbitants.

Ben TCHAA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici