La société CACESPIC-IF SARL susciterait-elle également la méfiance dans le secteur bancaire ?

0
2092

Par la Rédaction le 17 Novembre 2020

(IMPARTIAL ACTU)-La société CACESPIC-IF SARL susciterait elle également la méfiance dans le secteur bancaire ? C’est en tout cas ce que laisse penser un communiqué rendu public par la Banque Atlantique Togo en date du 12 novembre de cette année.

Au coeur d’une grande polémique médiatique, pointée du doigt par une partie de la presse pour son absence de base légale en raison du type d’activité qu’elle fait en l’occurrence l’appel à l’épargne publique à des fins boursières sans agrément du Conseil Régional de l’épargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l’Union Monétaire Ouest Africain (UMOA), mais surtout indexée pour son mode de gouvernance inapproprié, la société CACESPIC-IF SARL se retrouve une fois de plus sur la scelette.

La société inciterait à travers certains médias et canaux de communication, ses clients à aller ouvrir un compte à la Banque Atlantique Togo afin de percevoir leurs bénéfices, prétextant un partenariat avec cette banque.

En réalité il n’en est rien, sinon un mensonge éhonté de plus.

“Un message largement diffusé dans les médias vise à orienter les clients de la société CACESPIC-IF SARL vers Banque Atlantique Togo afin d’ouvrir des comptes dans les livres de la banque. Ce message fallacieux met en avant un partenariat entre Banque Atlantique et la société CACESPIC-IF SARL.
Banque Atlantique Togo appelle à une vigilance accrue et tient à informer le public qu’elle n’entretient aucune relation d’affaires avec la société CACESPIC-IF SARL.” peut-on expressément lire sur le communiqué de la banque.

Cette sortie de la banque qui désavoue publiquement la duperie de cette société vient une fois de plus tirer sur la sonnette d’alarme sur les pratiques et méthodes de la société CACESPIC-IF SARL présentant beaucoup de risques et n’offrant pas de garanties sérieuses aux populations épargnants.

“Banque Atlantique Togo décline toute responsabilité quant aux éventuelles conséquences pouvant découler des transactions que toute personne établirait avec ladite société”, a conclu le communiqué de la banque.

Ces faits, qui semblent anodins doivent au contraire attirer l’attention des populations et des pouvoirs publics qui doivent jouer leurs rôles et prendre leur responsabilité à bras le coeur.

Il nous souvient que ce même scénario s’est produit avec l’Entreprise Sociale du Marché Commun qui en quête de légitimité faisait croire aux populations qu’elle avait l’aval de la Chambre du Commerce et de l’Industrie du Togo, ce que le Président de la Chambre Germain Méba a désavoué publiquement. Aujourd’hui, l’histoire donne raison au président de la CCIT sur ce coup, l’ESMC une fois de plus bâtie sur les ruines de Redémarre, étalant son incapacité à honorer ses engagements et la supercherie.

Ces pratiques doivent cesser dans le secteur de la finance et une meilleure organisation du secteur s’impose.

Aux populations, la vigilance doit être plus que de mise, des garanties solides doivent être offertes afin que les démons du passé ne viennent plus les hanter en matière d’argent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici