Sommet Corée-Afrique : “Pour moi, il revient évidemment à l’Etat de faciliter le développement du secteur privé”, Faure Gnassingbé

0
33

Par René DOKOU, le 05 Juin 2024
 

(IMPARTIAL ACTU)- Le premier sommet Corée-Afrique s’est ouvert ce mardi 04 juin à Séoul. Les travaux qui réunissent une trentaine de chefs d’Etat du continent parmi lesquels le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, se déroulent sous le thème : “L’Avenir que nous construisons ensemble : Croissance partagée, Durabilité et Solidarité”.

L’objectif affiché par les deux parties, est de mettre en place de nouveaux mécanismes de coopération afin de relever les défis communs dans les secteurs prioritaires.

Lors de son intervention, le n°1 togolais s’est d’abord félicité de l’initiative d’organisation de ce sommet, qui offre l’occasion au continent de plaider une nouvelle fois pour un partenariat gagnant-gagnant tout en s’inspirant du modèle de développement coréen.

Le Président de la République a ensuite partagé avec ses pairs sa conviction pour un développement du continent, sur la base de deux conditions majeures à savoir le développement tourné vers l’extérieur et la structuration d’un Etat stratège, et a évoqué le cas du Togo dont l’ouverture économique est moins un choix qu’une évidence.

“Le Togo est un pays de petite taille qui ne peut prétendre vivre replié sur lui-même. Ensuite, le Togo bénéficie d’un positionnement stratégique au carrefour de l’Afrique de l’Ouest. Enfin, il dispose d’un port en eau profonde et important. Il était donc naturel pour le Togo de se développer comme un hub régional et de s’ouvrir sur l’Afrique de l’ouest, un marché de 400 millions de consommateurs en pleine transformation”, a fait remarquer Faure Gnassingbé, avant de mettre l’accent sur le rôle des Etats africains dans la dynamique de développement.

“Pour moi, il revient évidemment à l’Etat de faciliter le développement du secteur privé. Chacun a compris aujourd’hui que l’ouverture économique doit s’accompagner d’un environnement favorable aux entreprises. Je pense à la fois à la sécurité juridique comme à la stabilité fiscale, aux mesures qui peuvent être prises en faveur des partenariats public-privé et aux autres initiatives sur la poursuite de l’ouverture “, a-t-il indiqué, avant d’énumérer quelques actions entreprises par le Togo dans plusieurs secteurs.

Les travaux de cette première journée se sont conclus sur une note satisfaisante, avec des promesses de financement de près de 24 milliards $ du pays asiatique en faveur du continent.

A la veille de l’ouverture des travaux, un dîner avait été offert par le Président coréen en l’honneur des chefs d’Etat et de gouvernement africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici